ABOUT                  NEWS                  ARTISTS                  RELEASES                  MEDIA                  STORE                  +
Sadness - Rose/Lavender
Atmospheric black metal/Post-rock/Shoegaze

Cdr / ALBUM / DV020
2 tracks. 43 minutes.
Handmade release.
Limited edition of 57 handnumbered copies only. NO REPRESS.
Rose edition strictly limited to 14 handnumered copies. SOLD OUT
RELEASE DATE 14.04.17


Be part of the poetry.

1. Rose
2. Lavender

REGULAR EDITION 
Includes :
- 2 inserts with lyrics on back
- a card with quote

Shipping to

//

ROSE EDITION (strictly limited to 14 copies) - SOLD OUT
Includes :
- rose cardboard sleeve
- 2 inserts with lyrics on back
- an extra insert with a photograph
- a special label
- a rose card with quote
- dryed rose petals
all enclosed in a rose piece of soft fabric







It’s with a huge dose of shame, but I must admit: I have not (been able to) write down my thoughts on the Distant Voices debut for Sadness, Somewhere Along Our Memory…, released at the very end of 2016. In mean time, this re-issue (there was a first pressing via Depressive Illusions, if I’m not mistaken), is sold out, so I need to apologize to the label. Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa!
Why? Well, enter this label’s moniker in the ‘search’-tab and you’ll be able to read several reviews I did for them. And one thing reappears like a constant: my appreciation for 1) the projects involved and 2) the physical content. All recordings come in a (limited) handmade edition, unique and carefully prepared, and that’s quite unique (though there are some other labels that do a same-minded thing). That did count for Somewhere Along Our Memory… too, and for this two-track album too.
Oh yes, in mean time, the label and the project did co-operate once again, resulting in two more albums: Otro (to be released in a couple of weeks) and Tundra, and it’s quite evident that you might expect a review on both recordings too in the (near) future. The same goes for another outfit of Eliza, Left Alone…, to be reviewed and published soon! But first things first.
Rose / Lavender comes in an edition of 57 hand-numbered copies, with two inserts (including the lyrics) and a card, and there was a so-called ‘rose edition’, but that one, being released in only fourteen copies, is sold out too in mean time. The ‘regular’ edition is available with great artwork and layout duties done by Anna M., one of the crew members of this French label, and with beautiful photography by Nathalie Ramirez. It was initially available via the project’s Bandcamp-page in late 2016, but now in its physical shape too…
I reviewed The Rain That Falls Alone…, by the way (posted on March 24th 2016), as well as the album Meadow by Born An Abomination (published on March 29th 2016), another project that involves Damien Anton Ojeda aka Eliza aka E. (and someone else...). This just FYI…
The album lasts for forty-three minutes, even though there are ‘only’ two compositions involved. They are called, indeed, Rose and Lavender. With such title, one might expect melancholy, romanticism, sadness, you know, the gothic-oriented beauty of Music. Those trusted with Sadness’ releases, will know that this comes close to reality. And seen the lengthy duration, one might expect quite some chapters within each song; that too is true.
Rose (16:39) opens with a semi-acoustic guitar, somewhat melancholic and dreamlike actually, suddenly joined by rhythmic drum computer beats (not too overloading, luckily). After almost two minutes, things turn nastier, showing the core of Sadness’ existence: playing atmospheric, repetitive, melancholic and desolate DSBM (Depressive-Suicidal Black Metal). After six / seven minutes, the quasi hypnotic material, with electronic batteries, prominent leads, heavy rhythm section elements and somewhat distant, little hysterical screams, slowly changes into another state of relative tranquillity, referring to the first notes of the song. After nine minutes, everything slowly evolves towards darker passages, exploring the deeper essence, returning towards a quite explosive (mind the harsh drum patterns at almost thirteen minutes) assault, before fading away in some semi-progressive silence. The last minutes, then again, are piano-played, cabaretesque (not of the hilarious kind), and meant to be like a perfect closure to this first piece out of two.
Lavender lasts for more than twenty-six minutes, and starts with that very same semi-acoustic guitar, yet from another level than the former song. It’s a sort of mesmerizing start, quite soon (after one minute) evolving towards higher spheres by those hypnotic ambient guitar riffs. Almost two minutes: turning into a depressive state of mind, with fabulous floating lead guitars and those suffering, painful, mournful screams somewhat at the background (that, by the way, is a surplus, at least to my opinion; DSBM fits best with those yammering voices when not being mixed too heavily on the foreground). Here too slower passages interact with faster ones (once again, the drum computer patterns create that characterising equilibrium in between the impression of slow-tuned and heavily-battering). Another semi-acoustic intermezzo at seven minutes, first tranquil, then totally fading away. Then (after about nine minutes), giving an impression of resurrection. More melancholy-meets-harshness. More changes in tempo and structure. And so on. This sounds quite denigrating, but that’s not the way I want to explain this thing. It’s just quite ‘predictable’ in a certain sense. But does it matter? Well, the f*ck no, it does not matter. Sadness create their own expressive form of desolate and depressing Black Metal, and it does fit within its specific genre. It’s good to have that variation, it’s nice to notice the coherence in between the different excerpts, and it’s at least as nice to notice the organic transition in between them. Okay, it makes it ‘hard’ to endure if you’re not ‘into’ this specific sub-genre of Doom / Black Metal, but adepts of the scene will find out the craftsmanship of Eliza’s writing and performance skills.

75/100

(Ivan Tibos / Concreteweb. November 2017. BE.)

//


Il est des groupes dont l’intitulé ne laisse aucun doute quant à ce qui va suivre musicalement, et Sadness en est l’un d’eux. One-man band américain aux tonalités dépressives, ce projet prolifique a déjà donné naissance à de nombreux albums (une dizaine…) en seulement 3 ans d’existence. Remontons un peu le temps, mettons de côté l’album et les deux EP actuellement sortis en 2017, pour se concentrer sur le Rose/Lavender de novembre 2016. Alors, la question qui se pose naturellement est  :  cette surproductivité est-elle le signe d’un goût prononcé pour le bâclage, ou est-elle le témoignage d’un déluge de créativité et de qualité ?
Constitué de deux titres plutôt longs (respectivement 16min39 et 26min21), cet opus ne nous donne que peu de liberté de mouvement. Au sujet des sonorités, rien de bien extraordinaire. Des ambiances éthérées, lointaines, mélancoliques, etc. Nous retrouvons tous les éléments déjà présents dès les débuts du projet inaugurés par l’album Close en 2014. Néanmoins, il nous faut souligner la progression en ce qui concerne le son. Là où l’aspect fantomatique et strident des débuts faisait naître une redondance au fur et à mesure des compositions, celui plus clair de Rose/Lavender permet une immersion relativement plus aisée. De plus, les ambiances ne sont pas sans rappeler (avec quelques nuances bien évidemment) des formations telles que Austere, ou Woods of Desolation… avec un côté plus planant. Sans faire preuve d’originalité, les morceaux brillent néanmoins de par leur qualité, voilà donc une esquisse de réponse à la question formulée en préambule !
En effet, composer de longs titres demeure un pari relativement risqué, mais fort stimulant. Déjà, le défi de garder l’auditeur captif d’un album sur une longue période en proposant plusieurs morceaux avec des durées plus conventionnelles, alors que celui-ci peut braconner à sa guise, est un acte créatif qui demande un certain investissement et du talent. Mais, lorsque vient l’idée et la volonté de faire un morceau d’une vingtaine de minutes, la difficulté s’en voit alors relevée d’un étage. Et Rose/Lavender en est un très bon exemple : les ambiances changent, les rythmes et tonalités fluctuent pour nous permettre un voyage à travers des sentiments qui résonnent en chacun de nous (mention spéciale pour les chœurs vers 17min30 sur Lavender). Ici, Sadness marque encore un bon point.
Il me semble inintéressant de décrire les morceaux car, contrairement à d’autres chroniques rédigées pour d’autres styles et où je fus marqué par un moment, par un riff, ou encore une rythmique. Ici, la problématique et l’approche me semblent différentes. La tension se crée, dans les ambiances et sur la longueur, et libre à chacun de vivre ce qu’il a à vivre… Parfois, le silence demeure plus éloquent, car Rose/Lavender s’adresse à notre subjectivité, à notre individualité, avant tout.
En conclusion, Rose/Lavender n’est pas une perle, mais il parle, il émeut et fait vibrer à condition qu’on s’autorise à s’y fondre. Pour moi, lors de cette froide soirée d’automne, dans ce train vide, à regarder les lumières des réverbères qui semblent danser dans le noir et les réminiscences qui les accompagnent, ce fut le cas. Alors, toi lecteur, toi qui lis cette chronique pour vivre un album dans les yeux d’un autre ou juste avec l’envie de savoir si cela vaudrait la peine de passer 40 minutes sur ce Sadness, écoute, ressens, et prends le temps de laisser parler la musique.

(Onbra Oscouŗa / Mithratemplezine. November 2017. FR.)

//


Après la sortie de l'album Somewhere along our memory..., chroniqué juste au-dessus, revoici déjà Sadness, avec une nouvelle oeuvre, intitulée cette fois-ci Rose/Lavender.
Les présentations ayant déjà été faites, nous pouvons directement aller dans le vif du sujet. Et tout comme pour la précédente réalisation, il ne s'agit pas non plus d'un nouvel album en soi, mais c'est également une réédition d'une réalisation ayant vu le jour en novembre 2016. Et bien qu'elle ne comporte que 2 titres, celle-ci ne dure pas loin de 43 minutes !
Maintenant, d'un point de vue musical, il n'y a guère d'évolution entre les 2 productions. Les ingrédients utilisés sont toujours les mêmes, et Elise reste fidèle à sn univers, dans lequel elle nous fait évoluer à travers un post black metal atmosphérique. Aussi, du haut de ses 16 minutes, et propre au style, le premier titre démarre de façon plutôt calme et modéré, en mode clean, avant que n'arrivent les guitares saturées, qui amèneront par la suite un contraste quelque peu plus violent. La voix black quant à elle, placée de façon lointaine, exprime toujours une forme de désespoir. Mais je dois dire que l'ensemble se tire quand même bien en longueur et que l'arrivée du piano sur la fin m'aura laissé assez perplexe ! Je n'ai pas du tout accroché à la manière dont il est amené et interprété ! Et une fois de plus, je dois admettre que l'ennui me sera apparu, me faisant perdre une bonne partie de mon attention.
Quant au second morceau dont les premières notes m'auront fait penser au titre "One" de Metallica..., il se dévoile assez lent, planant, avec tout de même quelques moments plus énergiques. Cependant, il demeurera un côté sacrément répétitif où certains passages auront tendance à s'éterniser. Et tout comme dans le premier titre, la manière dont intervient le piano, qui sonne d'une façon beaucoup trop classique à mon goût, ne m'aura pas convaincu. Et ce sera quasiment pareil avec l'apparition des choeurs qui m'auront donné l'impression d'entendre une sorte de chorale joyeuse ! Je n'ai pas du tout apprécié, et cela m'aura même porté le coup de grâce !
Il y aura peut-être des courageux/ses parmi vous qui auront envie de tenter cette expérience ?! Mais pour ma part, ce n'est vraiment pas mon truc !

(Malphas / L'antre des damnés. August 2017. FR.)

//

‘More is less & less is more’, zal Sadness gedacht hebben. Laat het simpel wezen: een cd’tje met slechts twee nummers, maar samen goed voor 42 minuten atmosferische post black metal. De tracks titelen ‘Rose’ en ‘Lavender’, dus laat het schijfje gewoon ‘Rose/Lavender’ heten. Keep it simple stupid. Ik had voordien nog niet van deze band gehoord. Afgaande op de discografie op de site van het label Distant Voices, heeft frontman en Amerikaan Damián Antón Ojeda al heel wat op zijn palmares staan. Er valt eigenlijk weinig informatie te rapen over deze band. Allemaal heel verwarrend. In ieder geval, het is Damián die onder de schuilnaam Elisa dit schijfje uitgewerkt heeft. Of hij daar bij hulp gekregen van andere, kan ik niet achterhalen. De promosheet voegt er weinig aan toe. ‘t Volgende staat te lezen bij ‘beschrijving’: “Just listen to the thing. Be part of the poetry”.
Dit ding opent met ‘Rose’. Je krijgt een tweetal minuten sfeer voorgeschoteld. Als de rook om je hoofd is verdwenen, gutst een de gitaar uit de boxen en hoor getormenteerd geschreeuw op de achtergrond. Na zes minuten volgt een moment van rust en kabbelt het rustig, eerder doelloos verder, ook weeral goed voor drie minuten speeltijd. Je krijgt een herneming van het eerste thema. Een dartel pianofiguurtje verzorgd de outro en ‘fin’. ‘Lavender’ start met gitaargetokkel, na twee minuten beginnen de ruiten terug spontaan te rammelen. In tegenstelling tot het vorige nummer, passeren hier nog enkele tempowijzigingen en blijft niet alles traag/slepend. Enfin, er gebeurt wel van alles in dit nummer.
Is dit nu iets goed of niet? Eigenlijk best wel, de sound is om van te smullen, al is het wel altijd een beetje van het zelfde laken een broek. Persoonlijk had ik er graag iets meer over geweten (waar gaan de songs eigenlijk over, kan moeders bloemenperkje dan toch inspiratie bieden). Misschien moet ik maar niet zo nieuwsgierig zijn en dat ding gewoon verteren?

8/10

(Gerry Croon / Dark Entries. May 2017. BE.)










All Rights Reserved © Distant Voices 2012-2017.