ABOUT                   NEWS                   ARTISTS                   RELEASES                   MEDIA                   STORE                   +
Aube Grise, Hanterieur
2 songs for and from the wasted memories.
Dedicated to Katerina Golubeva.


"D'une opacité absolue, elle a, de son vivant, ouvert le dialogue à d'autres niveaux. Elle a creusé des cavités par lesquelles passaient les mots secrets, les messages vers nous."
(Antoine Barraus in Sharunas Bartas ou les hautes solitudes)


NOTES D'INTENTION
Les 2 morceaux qui composent Hanterieur ont été élaborés en un temps minimum, envisagés comme des vignettes regroupant plusieurs facettes, pensés en tant qu'objets musicaux.
En point de départ, ma fascination pour un passé voilé, silencieux, fait de noir et blanc, de souvenirs d'enfance et d'une présence à jamais vivante. Mon intention n'a pas été de faire revivre ce passé - le passé est mort et fait partie de l'histoire - mais plutôt de faire en sorte qu'on ne l'oublie pas.
En filigrane, il y a la présence de l'oeuvre d'un cinéaste, et surtout celle de son égérie. Une figure fascinante, fantastique, entourée d'une aura de pureté violente. Un visage à jamais hanté par l'indicible et l'invisible. Une beauté déchue, mystérieuse, immense et pourtant tellement humaine dans sa poésie.
Je me suis inspirée de mon ressenti face à cette jeune femme, partie si tôt, dans une douleur poignante et dans une indifférence quasi générale. Un choix esthétique, artistique, qui m'a permis de pousser plus avant ma composition et ma manière d'envisager la musique. La trame de fond reste ancrée dans le black métal mais, à mon sens, cela va bien plus loin, d'où l'intégration d'éléments acoustiques (piano, field recordings), de drones, de quelques virages cold wave et de la voix claire de Thomas Bel.
Peut-être, ainsi, le passé se dévoilera-t'il...
(Anna M., Octobre 2016)




TEXTES

HANTERIEUR I

Vers le nord,
sans alternative,
en crise identitaire.

Nos empreintes décisives,
au-delà des frontières,
absence volontaire.

Tu aurais voulu,
sur les saisons froides,
tracer des lignes noires.

Avant que l'aube éclate,
nos horizons calcinés
auront vengé nos urgences.



HANTERIEUR II

Tu as voulu voir la lumière
à contrecoeur,
à contre-courant de l'éternel,
dans le coeur des fuites,
à l'orée d'une échappée triste.

Tes nuits fuient comme des secondes
la radicalité de ton regard.
Tu sais, au loin, tombent sur les ombres
l'exactitude de ton visage.

Tu t'en es allée à la mort de l'été,
au fond du corridor,
dans les entrelacs blessés,
trois jours après le silence,
sans même nous offrir une dernière danse.













All Rights Reserved © Distant Voices 2012-2017.