ABOUT                   NEWS                   ARTISTS                   RELEASES                   MEDIA                   STORE                   +
Brouillard - Brouillard
Ambient black metal

Cdr / ALBUM / DV005
3 tracks. 50 minutes.
Handmade release.
Includes inserts printed on 210g white paper and on tracing paper.
Limited edition of 66 handnumbered copies only. SOLD OUT
RELEASE DATE 20.12.13


With this debut album, Brouillard takes us into a hostile and impenetrable universe, immersing ourselves in the heart of Autumn to unravel its deepest mysteries.
A blinding wall, an invite to contemplation and introspection.
Fog was. Fog is. Fog will be.
Expect nothing more than 50 minutes of violent and atmospheric soundscapes.

1. Brouillard
2. Brouillard
3. Brouillard





* THE FIRST 12 COPIES COME WITH A BUTTON PACK * NO MORE AVAILABLE
Buttons by Boodmit.




Reçu dans un bel emballage, le contenu n'en est pas moins sublime. Avant même de trouver le CD et de l'insérer dans une bonne chaîne, c'est tout un rituel qui se met en place. On ouvre délacatement la pochette noire en forme d'enveloppe. On admire l'artwork et tout le packaging, fait à la main. On est loin des boîtiers à CD faits en série, et tout de suite, le rapport avec l'objet en lui-même prend une autre dimension. Musicalement, après quelques secondes, on comprend toute la cohérence entre la musique et le label sur lequel le disque est signé. Son goût pour les oeuvres sombres et sinistres, Distant Voices l'a déjà fait savoir avec Arbre, ou encore Misery. Brouillard se dresse alors comme un mur épais et mystérieux qui ne viendra pas dépareiller au sein du label. Avec un son étouffant et hivernal, Brouillard nous plonge dans un monde glacial et désabusé. Inévitablement, on pense à Paysage d'Hiver avec ses longues fresques hantées, tourbillonantes et hypnotiques. Ce son, à la fois lointain et omniprésent, nous embarque dans un univers où il est difficile d'entrevoir la lumière. Avec cette sensation feutrée, on se sent étranger à cette danse macabre, et pourtant, le Black Métal de Brouillard nous atteint de plein fouet. Sorte de mélange bâtard entre Hate Forest et Aäkon Këëtrëh, Brouillard se fait discret et ne réserve sa musique qu'à un nombre restreint d'auditeurs qui sauront apprécier son art. Et pour cause, il n'existe que 66 copies de ce premier album, composé de 3 pistes, chacune avoisinant le quart d'heure.

(Sébastien Pitoizet / Obituaire Putride. October 2015. FR.)

//

Seemingly from nowhere, this French one-person entity emerged on the Distant Voices roster in 2013. A split with label mates Arbre (deliciously titled Brouillarbre) has just been released on cassette, but that particular release shall be covered in the subsequent review, with the current blurb focusing on the self-titled début instead. Brouillard (meaning ‘fog’ in French) constructs three interlaced songs of hefty lengths, weaving driving drums, swirling vocals, both walls of guitar and ambient acoustic interludes with field recordings of drenched landscapes, sampled quotes (e.g. “So here we are in a beautiful dead end, how do we find a way out of this impasse?”) and an oneronic atmosphere of moist mists, dreamlike reflections, and solitude. It shares some of the moist sensations of Velvet Cacoon’s work, the existentialist and distant sounds of Trist (German, not Czech) and the monomaniacal focus on weather of Paysage d’Hiver. However, where Wintherr opts for a more reserved approach (call it Swiss sense) by aiming to reflect the iciness of landscape in (lo-fi) crystalline guitar lines and acoustics, Brouillard creates an altogether hazier sound of swirling fog, greyed and drenched fields, wavering melodies and a general feeling of unease and disorientation. The songs (pragmatically titled I, II & III) whisper and bleed into each other, constructing a single listening experience that alternates between the furious and the reflective; soaring leads lay out hypnotic melodies which rise and fall out of the greying mists formed from ferocious drums and backing guitars, keys mixed low and unearthly vocals. Brouillard shares a little of its form with Darkspace, although the two are very much distinct entities. Distant Voices has collaborated with the band to form some exquisite packaging, combining tracing paper, photography and a superb eye for aesthetics, further emphasising the blend of dream and dirge, fog and fancy, mist and the mind’s eye. In short, this is an absolute gem of an album; one which is fast running out in the Distant Voices emporium and well worth getting one’s hands on. Don’t tarry, immerse yourself in the wet winds and wild mists of Brouillard’s introspective soundscape. It’s albums like this which make the whole business worthwhile.

(MDL / Black Ivory Tower. August 2015. UK.)

//

French label Distant Voices are a very special one. First of all it has to do with the musical direction, i.e. a mostly underground-oriented kind of grim, depressive, ambient, melancholic and / or atmospheric Black Metal. Je l’adore! You can check out the review I recently did for the second Arbre-album, posted on July 14th 2014 (extremely important note, and don’t feel refrained to shout out loud your enthusiasm: Distant Voices will soon release a split in between Arbre and Brouillard; I just did a dance of joy!), or the one for Misery (see July 21st 2014). But what this label does distinct from any other, is the care the crew takes for each single release. All of them are made with fine, soft paper in order to deliver a unique creation; let’s call it a total-package for combining wonderful aural excellence with visual art. It’s rather evident, as you do understand, that every release is limited to a small edition, evidently. The very same goes for this release, the untitled debut full length of young French one-man project Brouillard (which is French for ‘fog’). It comes in a limited edition of sixty six hand-numbered copies only with no repress. The release comes with inserts on white paper (210g, for the purists), and covered in tracing, transparent paper with beautiful eye-paintings. C’est absolument magnifique!
Anyway, this fifth Distant Voices-release is created entirely by a guy called Brouillard, and the three untitled hymns have a total running time of about fifty minutes (in between fourteen and nineteen minutes). The first one starts with a minimal-noisy introduction before erupting into a hostile attack with pyroclastic proportions. There are wonderful melodic tremolo leads interacting with an unstoppable charge of drum salvos, all beautifully joined by grim, grumpy blackened screams (distant voices from the Deep). But there’s much more, for the hymn is divided into different excerpts with related yet differing melody lines, changing tempos and varying structures. The injection of ambient and / or acoustic and / or noisy-industrial (sampled) intermezzos, performed with grandeur, are a surplus to go with the repetitive, nihilistic aggression (both intrinsic and external), covering the whole in a brouillard mystérieux, a mysterious fog. The overall atmosphere is pretty violent, yet epic and victorious too. And from time to time the concept mesmerizes, creating a dreamlike dimension of Aural Art, strongly contrasting with, and at the same time intensively assembling the extremes of putrid Noise and grim Black Metal. The second (little more mystic and contemplative than both other hymns) and third (the most depressive, as well as most epic one out of these three sonic creations) composition are comparable, balancing in between angry and explosive moods and atmospheric introspection, with variation in tempo and structures, and with those samples intros and intermezzos.
However, the sound quality is beneath any level. The material has been badly mixed and the result is under-produced and full of irritating rustle. That is a pity, an enormous pity; it does disappoint for it makes the whole experience less attractive. It does influence the infinity of my end-balance. No further comment (the grief is too deep…)…

83/100
(Ivan Tibos / Concreteweb. September 2014. BE.)

//

Me voici confronté à une toute jeune et sombre formation française, répondant au nom de Brouillard ! Toute jeune, puisqu'elle n'a vu le jour qu'en 2013, et qu'il s'agit ici de sa première réalisation, sortant sur le non moins jeune et obscur label Distant Voices, qui compte dans ses rangs des formations assez similaires, me semble-t-il ; je pense notamment à Arbre et Misery..., dont les oeuvres ont été chroniquées par mon collègue Elder Rabe.
A présent, avant de me familiariser avec la musique de ce one-man band, je découvre un artwork réalisé de manière artisanale, mais qui franchement a de la gueule, avec des impressions sur papier calque, un oeil clos sur une face, un autre grand ouvert sur la deuxième, et une photo de l'unique membre (Brouillard), dans un paysage de brume... Le tout nous étant présenté dans une pochette cartonnée frappée du logo du groupe et glissé dans une enveloppe noire...
Limitée à 66 copies, on voit qu'en termes d'esthétique, le label s'est impliqué en se donnant beaucoup de mal. La démarche est salutaire. Respect !
A partir de là, je me lance dans l'écoute des trois titres présents sur le CD et sobrement intitulés : Brouillard I, Brouillard II et Brouillard III !
Il s'agir d'un black ambiant avec des morceaux très longs, allant de 14'06 pour le plus court à 19'11 pour le plus long.
Alors, une chose est sûre : ce n'est pas une réalisation à mettre entre toutes les oreilles, car on voyage ici dans l'underground le plus profond. Et le gros point noir de cette oeuvre, et qui sera le plus difficile à supporter, sera sans conteste l'utilisation de cette boîte à rythmes tout simplement horrible et qui, très honnêtement, en fera déserter plus d'un et n'aura pour conséquence que de porter préjudice au groupe, ce qui est bien dommage ! Car une fois passé outre le son, la linéarité et la rapidité de cette dernière, la musique de Brouillard se révèlera somme toute assez intéressante, avec ses guitares à la fois mélodiques et hypnotiques, très prenantes et inspirées, ainsi que ses passages ambiant capables de porter votre âme bien loin, tout en parvenant à vous toucher par sa sensibilité. Je pense là notamment au troisième titre qui est très complet et reste de loin mon préféré. Brouillard, l'unique membre, a des talents de composition indéniables, mais il faudra vraiment tendre l'oreille par moments et en vouloir pour pouvoir pénétrer dans les méandres d'un enregistrement qui manque cruellement d'homogénéité, la faute à cette boîte à rythmes infernale... Ce qui est bien regrettable !
Mais malgré tout, on ressent qu'il y a un potentiel, et c'est pour cela que j'ai envie de donner sa chance à ce groupe et suivre son évolution, en espérant que des progrès seront réalisés pour le prochaine enregistrement. C'est tout le mal que je lui souhaite !

(M. / L'Antre des Damnés. July 2014. FR.)

//

Brouillard est un projet solo dont le premier album sort fin 2013. Les trois titres qui composent Brouillard font une quinzaine de minutes chacun, ils prennent donc le temps d’instaurer une atmosphère sombre et dépressive grâce aux éléments typiques du black metal qui se teinte d’ambient. D’emblée, l’on constate de nombreuses similitudes avec le one-man band suisse, Paysage d’hiver. La production est brumeuse comme si les guitares étaient lointaines et nous parvenaient dans un écho. La boîte à rythme, agressive et martiale, fait presque penser à une musique rituelle. Quelques passages pourront lasser ceux qui n’apprécient pas le dark ambient mais globalement la musique sait garder une dynamique suffisante. Les mélodies ne sont pas trop pauvres ou répétitives non plus, comme l’on peut le craindre avec certains groupes de black metal dépressif, elles sont même plutôt accrocheuses. Ainsi, l’ambiance n’en est que plus prenante, emportant l’auditeur dans des contrées désolées. Ce premier album constitue donc une excellente surprise, Brouillard ne propose rien de très original mais la qualité est là, au niveau des compositions mais aussi et surtout au niveau des émotions véhiculées. Cela permet au projet français de rivaliser sans problème avec d’autres formations de la même scène.

(Diabolus in musica. Mar. 2014. FR.)

//

Brouillard est encore l'un des sombres projets occultes sortant sur Distant Voices. En trois longues et pertinentes variations, Brouillard navigue dans l'ambiant et le black metal humide, lointain et mystique, quelque part entre les productions Québécoises, les anciens Abigor et Nihil pour les parties bruitistes. Bien mieux réussi qu'Arbre, Brouillard parvient à dessiner trois voyages inquiétants. Le seul regret, même si l'on s'habitue bien vite à cette production, c'est la batterie programmée qui empêche pleinement l'écoute organique de ces titres pourtant plein de bon sens et de mélodies. Portez rapidement votre regard sur Distant Voices dont la démarche artistique dépourvue de mercantilisme apporte un peu de sincérité à notre scène extrême.

(Florent Bécognée / Metallian. Mar. 2014. FR.)

//

Si certains jamais contents ne manqueront pas de ricaner bêtement à la seule évocation du nom de ce (forcément) mystérieux projet, celui-ci ne rigole pourtant pas vraiment, entité tentaculaire palpitant d'un fluide ténébreux. Bien, mais BROUILLARD, qu'est-ce que c'est ? Il s'agit à la fois d'une âme solitaire qui se confond avec cette créature à laquelle il donne son nom, c'est aussi une offrande séminale, entrée brumeuse vers un univers dont on devine aisément la teneur : noire et dépressive cependant que le simple mot qui lui sert d'accroche suggère un enracinement dans la terre, froide et gorgée d'humidité, dans cette nature à la sombre poésie.
Rien de bien nouveau sous le soleil (noir) du Black metal dépressif chargé d'atmosphères bouillonnantes de négativité donc. Oui. Seulement le genre ne se mesure pas à l'aune de l'innovation à tout-prix, mais au contraire à sa capacité à exprimer, à capter une noirceur palpable, à ériger des paysages sonores trempés dans la souffrance la plus absolue. En cela, ce galop d'essai révèle d'incontestables qualités. Encore une fois, de mauvaises langues n'auront sans doute rien de mieux à faire que de le comparer à d'autres. A BORGNE peut-être, pour cette falaise rythmique syncopée et martelée qui se dresse dans une nuit éternelle et opaque. Pourquoi pas.
L'oeuvre mérite pourtant mieux que ce type de comparaisons faciles en cela qu'elle esquisse les traits d'un monde plus personnel qu'il n'y parait, lequel repose autant sur une architecture démesurée (entre 14 et 19 minutes), porte ouverte sur une nasse d'ambiances glaciales, que sur les motifs boisés que suinte une guitare acoustique. Composé de trois titres seulement dont la nature éponyme de leur nom participe d'une globalité aux contours flous,  l'album s'ouvre sur le plus long d'entre eux, interminable pulsation que perforent des décharges de riffs mortifères. Vicié et saturé, le climat écrasant vous serre comme étau, que seule la décélération centrale annonçant une courte et contemplative remontée à la surface, viennent en altérer la furieuse brutalité.
Lui succède une plainte qu'amorce une lente introduction aux teintes osseuses, prélude à un déchainement de violence annoncée par l'élévation progressive d'accords grésillants. La suite prend l'allure d'un torrent de haine sur fond de batterie métronomique, à peine brisée par de fugaces notes acoustiques.
Puis c'est le temps de la dernière plainte. Passées quelques bribes de paroles, le tempo s'emballe très vite, propulsé par des riffs sécrétatoires d'une décrépitude infinie, puissante hampe gonflée d'une tristesse qui explose en un geyser aussi monumental qu'obsédant qui confine à une forme de transe saccadée. L'opus atteint lors de ce quart d'heure qu'on aimerait ne jamais voir mourir, son Everest en même qu'une beauté sombrement démentielle. Les mots manquent face à ces quatorze minutes qui justifient à elles seules la découverte de ce projet qu'on suivra de très très près.

8/10

(Childeric Thor / La Horde Noire. Feb. 2014. FR.)










All Rights Reserved © Distant Voices 2012-2017.