ABOUT                  NEWS                  ARTISTS                  RELEASES                  MEDIA                  STORE                  +
Aube Grise - Mauvais Augure
Cold black metal/Ambient

Cdr / ALBUM / DV016
8 tracks. 46 minutes.
Handmade release.
Limited edition of 59 handnumbered copies only. NO REPRESS.
Artist edition strictly limited to 3 copies. SOLD OUT
RELEASE DATE 01.11.16


Aube Grise is the musical moniker of Anna M., Distant Voices' photographer and graphic designer.
Amongst cold black metal, funeral doom & punkish violence, piano minimalism is melted into haunted field recordings (un)revealing dangerous & ghostly melodies. Classical music has always had an important place in Anna's life, her piano work is mostly inspired by modern composers such as Debussy, Satie, Arvo Pärt and their way of creating silence.
Aube Grise is not a proper solo project, it is more a vision of an artist building her own work through different spheres, this is why her work is inspired by silent films, old photography, poetry & dark music. Mauvais Augure is the second chapter of a mysterious, romantic & violent work.

1. Tes Yeux Brisés
2. Mauvais Sang
3. Sur Ma Peau
4. 1909
5. Rouge Pâle
6. Je Me Laisserai Faiblir
7. Aube Vieille
8. Tes Yeux Lassés

NOTE : "1909" is an homage to Claude Debussy's "Des pas sur la neige".

REGULAR EDITION 
Includes :
- kraft cardboard sleeve
- a poem printed on 230g kraft paper
- a booklet with lyrics
all enclosed in a kraft envelope.

Shipping to

//

ARTIST EDITION (strictly limited to 3 copies) - SOLD OUT
Includes :
- kraft cardboard sleeve with handwritten titles, handnumbered & signed by the artist
- 3 poems printed on 230g kraft paper
- a special card printed on 230g kraft paper
- a booklet with lyrics
- an extra insert
all enclosed in a kraft envelope.
- an original photograph (13x17), handnumbered & signed by the artist, framed (18x24)
Each copy is personally dedicated to the buyer by the artist.

NOTE : each frame is different from the other & may differ from the image above.








Les productions du label underground Distant Voices rivalisent entre elles de qualité et d'inventivité et ce "Mauvais augure" du groupe AUBE GRISE ne déroge pas à la règle et vaut bien un petit track by track :
"Tes Yeux Brisés" : un début acoustique qui annonce ensuite l'arrivée d'un tonnerre de Black Métal sombre et bien haineux avec un gros potentiel émotionnel. Une très belle entrée en matière en somme !
"Mauvais Sang" : un son brut assumé sur un titre lent, lugubre et parsemé de bien jolis breaks.
"Sur ma Peau" : un superbe titre de black métal aux interludes mystérieuses.
"1909" : une superbe interlude bien triste au piano qui file la chair de poule.
"Rouge Pâle" : sans doute le meilleur morceau de cet album avec ses parties de chant clair presque cold wave.
"Je me laisserai Faiblir" résonne comme une marche funèbre ! Un titre bien lent comme la pourriture !
"Aube Vieille" : un titre parsemé de brefs et magnifiques instants mélancoliques.
"Tes Yeux Lassés" : un morceau de funeral black métal très réussi. Au final, " Mauvais Augure " est un album aux accents funeral black très prenant, qui ne fait pas d'esbroufe avec de vrais instants de haine mais aussi de mélancolie. Une vraie réussite dans le genre !

(Wil / Nawakposse. July 2017. FR)

//

Moins d'un an après avoir enfanté Feue, offrande séminale des plus prometteuses, AUBE GRISE revient déjà nous rendre visite, frappant aux carreaux de notre fenêtre contre lesquels commence à s'amasser un froid cinglant annonciateur de l'hiver, saison particulièrement propice à la défloration de ce Mauvais augure (forcément) funeste.
Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette entité, le fait qu'elle se niche dans l'antre glacial de Distant Voices, qui édifie à son rythme une oeuvre très personnelle, tant dans le fond (entre DSBM et ambient) que dans la forme (éditions ultra limitées au noble packaging), devrait leur suffire à cerner sa nature désolée tant les artistes hébergés chez ce label passionné sont tous connectés les uns aux autres, musicalement toujours, humainement parfois, comme c'est le cas de AUBE GRISE dont l'unique membre, Anna M, réalise aussi les visuels de ce catalogue précieux, cependant que Thomas Bel (Misery) vient hanter avec sa voix clair, ce deuxième opus, le temps de trois plaintes.
Ce recueil de huit poèmes écrits à l'encre noir du désespoir égrène donc cet art noir gris et froid comme une pierre tombale, esquissé par Feue, que déchirent des vocalises écorchées et emporté par une rythmique aussi fiévreuse que saccadée. Mais nombre de détails viennent perturber une trame moins orthodoxe qu'il n'y parait de prime abord. Le chant de la maîtresse de cérémonie, régurgitant qui plus est des textes en français, distille une espèce de fragilité sourde, presque romantique dans son expression douloureuse, pinceau maladif et crépusculaire d'un spleen qu'on devine infini (Aube vieille). Notes de piano grêles (Sur ma peau)  et arpèges squelettiques trempés dans un sol terreux et lessivé par le froid (Tes yeux brisés), drapent à la manière d'un suaire sinistre ces compositions charriant un envoûtement mortifère. Polluées et rongées par une rouille gangreneuse, les guitares ont quelque chose de râles funèbres non dénués d'une beauté détrempée (Je me laisserai faiblir). Enfin, les apparitions de l'âme de Misery confèrent aux titres qui l'accueillent un feeling dark teinté d'une étrangeté fantomatiques (Rouge pâle).
Dévoilant peu à peu la richesse obscure de son intimité laquelle, erre parfois aux confins d'une Ambient funéraire, à l'image de l'instrumental 1909, d'un admirable dénuement, Mauvaise augure se hisse bien au-dessus de son devancier.

7,5/10

(Childeric Thor / La Horde Noire. March 2017. FR.)

//
 
Mauvais Augure signe le retour d'Anna M. et d'Aube Grise, après son premier album Feue !
Et c'est encore une fois, dans le sillage d'une nuit fantomatique que cette artiste jaillit momentanément de l'ombre pour nous présenter sa nouvelle réalisation.
Toujours fidèle au label Distant Voices, et à ses fabrications artisanales et très limitées, cette oeuvre nous est présentée dans un artwork, qui se dévoile une fois de plus très joli, et qui témoigne d'une passion sans faille pour l'art noir !
ainsi, la pochette représente un paysage grisâtre, qui nous couvre d'un voile funeste, nous emportant dans un monde de souffrance et de désolation, qui sera mis en musique à travers les 8 morceaux que contient cette sombre offrande ! En effet, l'accent sera avant tout porté sur les atmosphères sinistres et mélancoliques que l'on rencontrera au fil des titres !
Elle nous introduit d'ailleurs dans son mystérieux univers avec "Tes Yeux Brisés" et son entame acoustique particulièrement triste, avant de céder la place à une saturation de guitares. Un son familier faisant logiquement suite à Feue, on reconnaît en effet la marque d'Anna M, avec ces cordes grésillantes qui nous embrasent sur le champ, ainsi que son râle d'écorchée vive qui nous maintient toujours dans un climat lourd et poignant.
Elle combine avec instinct la force d'un black metal acéré à la fragilité d'une âme cabossée, où les longues agonies gravent au fer rouge notre coeur. Le plus bel exemple en sera "Je Me Laisserai Faiblir", un titre très marquant et dont les moindres recoins dévoilent de sacrés déchirements de douleur. Un morceau hideux, dégoulinant de souffrance et de noirceur absolue qui nous racle profondément la tripaille. A se demander si Anna M n'y a pas laissé, avec toutes ces plaintes expulsées, une partie de son être, voilà une dérive tragique particulièrement intense et incarnée.
Les rythmes sont variés, rapides au sein de certains titres, comme "Rouge Pâle", plus lents sur d'autres, laissant ainsi s'exprimer les diverses humeurs de cette âme tournmentée ! Cette oeuvre finira d'ailleurs par "Tes Yeux Lassés", un morceau aux relents doom, qui clôturera en beauté ce second album.
A présent, outre quelques parties à la guitare acoustique, comme sur "Mauvais Sang", des passages au piano feront également leur apparition, agrémentant la musique d'Aube Grise, d'une touche à la fois angoissante et mélancolique ! C'est ce que l'on pourra vivre à travers l'écoute de "Sur Ma Peau", ou encore "1909", l'instrumental qui rend hommage au compositeur français Claude Debussy.
Cette fois-ci, les textes sont présents, et c'est avec un certain plaisir que nous nous sommes laissés absorber par ces écrits, remplis d'amertume et de détresse, tout en étant en parfaite cohésion avec la musique. Maintenant, en plus de la voix principale, Thomas Bel fera quelques interventions en voix claire, une nouveauté sur laquelle nos avis divergent quelque peu, au sein de L'Antre..., où celle-ci n'aura pas su trouver la même portée ! Nous vous laisserons donc juger par vous-même de son impact.
Il y a un aspect esthétique dans la musique d'Anna M. qui parviendra à nous faire vivre des émotions particulièrement fortes. Cette artiste ayant plusieurs cordes à son arc, aura su continuer sur sa lancée, en ayant gagné en maturité, et en développant avec ce second album, une oeuvre froide, cruelle et maladive ! Aussi, durant son écoute, des ombres mortuaires tournoient dans les airs, nous entraînant au coeur d'un paysage grisâtre, faisant couler de nos yeux, des larmes incontrôlables ! Nous ne pouvons que la féliciter pour le travail accompli ici !

(Korium/Malphas / L'antre des damnés. December 2016. FR.)

//

Op de redactie van Dark Entries werd een vierkant, bruin envelopje gepost. Ah! Een geboortekaartje, van wie? Welke zwangerschap liep ten einde? We grabbelden naar onze gsm om een felicitatiesms’je te versturen. Jongens toch, weg met die handel! En maak kennis met Aube Grise! Een kartonnen hoesje met hierin het schijfje, tekstboekje, een apart (Franstalig) gedichtje op een kaartje en dan nog een adreskaartje, pekzwart met de boodschap ‘may the night be your love’. Wat is dat hier allemaal? Ik ken de band niet, maar leer snel dat hier een zekere Anna M. alle touwtjes in handen heeft (zang, gitaar, bas, piano).
‘Mauvais Augure’ wat je kan interpreteren in bad omen (in het Nederlands bekt dit niet goed, laat het ons in het Engels herinneren) werd via het Franse label Distant Voices uitgegeven. Starten doet Aube Grise met ‘Tes yeux brises’, een eenvoudig riedeltje op gitaar. Maar het blijft niet onschuldig. Even verder vallen grauwe grunge gitaren uit de wilgentakken waarop de screams van Anna M. volgen. Dit is hier geen snelle black metal. Denk eerder aan trage ambient black metal met eenvoudige drumpartijen. Een enkel nummer kan nog boeien, maar alles klinkt echt wel uit hetzelfde vaatje getapt. De piano intermezzo’s zoals op ‘Sur ma peau’ zijn dan ook welgekomen. ‘1909’ is een rustpunt, een instrumentale pianoballade als hommage aan Claude Debussy (‘Des pas sur la neige’). Daarna gaat het weer zijn gewone gangetje met ‘Rouge Pale’, deze met iets meer tempo. ‘Mauvais Augure’ teert op een donkere atmosfeer, dat is haar sterkte. De songs zelf kunnen me echter niet lang boeien.

7/10

(Gerry Croon / Dark Entries. December 2016. BE.)

//

Aube Grise has released a limited edition CD on the french label Distant Voices called Mauvais Augure (which means 'Bad Omen' in English). The main brain and central nervous system behind the project is an elusive character by the name of Anna M.
Anna M. has been contributing to the artwork at the Distant Voices label for some time and has also released a prior limited edition cassette by the name of Feue; of which there are still a few copies left unless I am mistaken.
The album contains DSBM with an emphasis on atmosphere and some minimalistic piano sections with an overall DIY, personal sound and feel to it. One of the notable things about this album is the feminine influence which is rare in this form of music. The female vocals especially add a flavour to the music that is a break from the norm. Shrieking and harsh, the vocals induce dark atmosphere and isolation, another lost soul screaming at the void. There are also some clean vocals from guest artist Thomas Bel which contrast with the intensity of Anna's vocals. The music generally revolves around a central rudimentary riff or arpeggios and simple drum patterns which are built upon to create atmosphere in a 'less is more' kind of way. Although the instrumental execution is nothing outstanding, the resulting ambience more than makes up for it. The more chaotic sections often fall away back to just a single guitar or keys playing to great effect. The use of ambient field recordings and dynamic song structure adds an unexpected level of sophistication to the music.
Sighted as influences to her piano work are composers such as Debussy, Erik Satie and Arvo Pärt. Certainly no qualms there. The simplistic ambient piano sections really add extra dimensions to the music while creating a film noir sort of theme to contrast with the black metal madness without breaking character. The sound of stilettos walking across a polished wooden floor captures an aura that is intrinsically mysterious, dark, feminine and French. This combined with minimalist piano is certainly reminiscent of the feelings created by ambient masters such as Satie.
An artistic endeavour which combines the visceral with the ethereal, the feminine with the masculine and the crude with the refined; all to great effect. A fine delicacy for the low key black metal aristocrat.

7,5/10

(Evceles / Terra Relicta. November 2016. SL.)

//

Distant Voices continues to be one of the most resolutely underground labels that I have ever come across. Every Distant Voices release has been given a strictly limited run, never topping a hundred hand-numbered copies. It is a purposefully alienating philosophy that proves no less than perfect for their black ambient and DSBM roster—all projects you’ll never have otherwise heard about. Even if the quality behind some of these projects can be iffy, I think Distant Voices’s perpetual determination to produce art without the hope of wider success puts them on the map, at least in an ultra-niche sort of way.
Aube Grise is a more recent addition to the Distant Voices circle. Anna M., the central mind behind the project, has had a longstanding role with the label, often contributing layout and artwork. It’s only fitting that she would put out her own material. She’s accompanied on the project by Thomas Bel, whose particular brand of funeral folk has already been glimpsed by our own Malachy O’Brien this past summer. After having heard several of Distant Voices’s releases, Aube Grise’s strung-out, raw DSBM is hardly surprising. This is an exceptional sort of truly miserable depressive black metal. Mauvais Augure is seemingly devoid of energy, lifelessly wallowing in sadness and plodding, simple riffs. If the description ended there, Aube Grise would be easily disposable. Rather, the real beauty of Anna’s work here lays in the fact that she’s been able to imbue that familiar template with the less common longing of Romanticism. Even in the album’s driest moments, there is a distant echo of hope and beauty.
In fact, the closer you put your ear to Mauvais Augure, the more apparent it becomes that Aube Grise is drawing from more than the barest DSBM essence. Her gentle piano work and lighter sections are boundlessly more interesting than the boring black metal. More surprising still is when the music takes a more punk-based turn; hearing sudden spurts of life and energy on an otherwise miserable affair are an easy way to catch a listener off-guard. It should also be said that Mauvais Augure continues to improve once it steps away from its lacklustre opening. While the sneaky influences manage to somewhat liven up the bland take on DSBM, Aube Grise is vindicated by their classical influences. If some of the material here is any evidence, future work in the neoclassical end of dark ambient music could bring the project up to another level entirely.

(Conor Fynes / Heathen Harvest. November 2016. USA.)










All Rights Reserved © Distant Voices 2012-2017.